suche

ACTUALITÉS

6. décembre 2022

Le Conseil fédéral présente une stratégie d’avenir pour CCF

En réponse au postulat 20.3000 « Stratégie d’avenir pour le couplage chaleur-force » des deux conseillers nationaux Stefan Müller-Altermatt et Roger Nordmann, le Conseil fédéral a présenté le 2 décembre le rapport demandé.

Une contribution précieuse pour garantir l’approvisionnement en électricité
Pour le Conseil fédéral, les installations fonctionnant uniquement à l’électricité n’ont de sens que si les prix de l’électricité sont très élevés ou si la situation de l’approvisionnement est très critique – donc par exemple cet hiver ! Ou certainement aussi les hivers suivants. En revanche, dans le cas des installations CCF à commande thermique fonctionnant avec des combustibles renouvelables ou neutres pour le climat, le Conseil fédéral reconnaît clairement la précieuse contribution à la garantie de l’approvisionnement en électricité durant le semestre d’hiver et à la préservation des accumulateurs hydroélectriques. Il voit en outre les autres avantages suivants à cette technologie :

  • Les installations CCF fournissent du courant en ruban et déchargent ainsi la production d’électricité à partir de la force hydraulique d’accumulation.
  • Intégrées dans un système de chauffage urbain, elles peuvent remplacer ou compléter les chaudières de pointe.
  • En outre, elles réduisent la demande en électricité en diminuant le nombre de pompes à chaleur dans l’ensemble du système énergétique.
  • Grâce à leur production de chaleur, les installations de CCF pilotées par la chaleur garantissent en outre que les besoins supplémentaires en chaleur peuvent être couverts les jours d’hiver froids.

Promotion des installations de CCF
Le rapport montre également comment les installations CCF à chaleur dirigée, renouvelables ou climatiquement neutres peuvent être encouragées. Des appels d’offres ouverts à la technologie pour des capacités de stockage hivernal supplémentaires sont déjà prévus dans le message du Conseil fédéral relatif à la loi fédérale sur la sécurité de l’approvisionnement en électricité grâce aux énergies renouvelables. Le Conseil fédéral conclut en outre qu’un encouragement anticipé des installations CCF devrait avoir lieu en plus des grandes centrales hydrauliques.

Lien vers le rapport complet du Conseil fédéral : Stratégie d’avenir pour le couplage chaleur-force

2. décembre 2022

OEneR: le nouveau modèle de promotion pour les installations de biogaz est arrivé

L’ordonnance révisée sur l’encouragement de la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables (OEneR) est arrivée. On l’attendait depuis longtemps, elle est maintenant publiée. Le nouveau modèle d’encouragement qui y est réglementé prévoit des contributions d’investissement allant jusqu’à 50% pour les investissements dans les installations de biogaz agricoles. Le Conseil fédéral reconnaît ainsi la précieuse contribution de telles installations à la garantie d’un approvisionnement en électricité respectueux du climat dans le pays.

L’ordonnance sur la promotion de l’énergie crée de nouvelles incitations pour l’électricité issue de la biomasse
Avec la révision de l’ordonnance sur la promotion de l’énergie, les installations qui produisent de l’électricité à partir de la biomasse seront à l’avenir les plus fortement récompensées. La contribution d’encouragement est la plus élevée lorsque seule la biomasse – c’est-à-dire le lisier, le fumier et les résidus organiques – est fermentée. Dans ce cas, on obtient jusqu’à 29 centimes par kilowattheure injecté dans le réseau ! C’est normal, car ce sont ces installations qui contribuent le plus à la protection du climat et de l’environnement. De plus, le potentiel est encore important dans ce domaine : aujourd’hui, moins de 5% de ce potentiel est utilisé. Pourtant, le lisier et le fumier pourraient largement contribuer à l’approvisionnement, comme nous avons déjà pu le démontrer: Du lisier et du méthanol pour lutter contre la pénurie d’électricité

Pas encore de solution durable malgré la révision du modèle de promotion
Le nouveau modèle d’encouragement entrera en vigueur le 1er janvier 2023, mais il est limité à fin 2030. Il remplace l’ancien système de rétribution du courant injecté (RPC), respectivement l’ancienne RPC. Il ne s’agit là encore que d’une solution transitoire. Il faut donc trouver une solution à long terme qui permette de maintenir et d’augmenter le nombre d’installations de biogaz agricole. La prochaine grande chance à cet égard réside dans la nouvelle loi sur l’énergie – la loi fédérale sur la sécurité de l’approvisionnement en électricité grâce aux énergies renouvelables – qui est actuellement discutée au Parlement et devrait entrer en vigueur à partir de 2025. Le couplage chaleur-force devrait y être explicitement intégré, car il permet de valoriser le précieux biogaz de la manière la plus efficace.

Plus d’informations sur Ökostrom Schweiz: enfin des précisions sur le modèle de promotion.

26. novembre 2022

C’était le forum POWERLOOP 2022 – passionnant et inspirant

Wow, c’était un spectacle ! Après un début de spectacle lumineux puissant, le président Daniel Dillier a pu saluer les quelque 200 invités présents au Forum 2022 le 9 novembre 2022. Il a souligné les avantages technologiques du couplage chaleur-force (CCF), la nécessité du power-to-gas (P2G) et a évoqué les obstacles politiques qui doivent encore être surmontés.

Plus de CCF & P2G pour l’avenir énergétique
En tant que représentant de l’Office fédéral de l’énergie, Klaus Riva a présenté la perspective énergétique de la Confédération pour 2050+ et le rôle que les technologies CCF et P2G doivent jouer. Du point de vue de l’Union des villes suisses, c’est trop peu : Ronny Kaufmann, CEO de Swisspower, réclame davantage de CCF et de P2G, non seulement comme nécessité pour l’approvisionnement hivernal, mais aussi comme élément stabilisateur de l’approvisionnement.

Inspiration méthanol et fromage
Le reste du programme a également été très bien accueilli : d’une part, Carsten Eisenkrämer, CEO de Silent Power, qui a expliqué tout ce qu’il était possible de faire avec le méthanol et, d’autre part, Martin Götschi, de l’Emmental, qui a montré ce qu’il fallait faire avant de pouvoir fabriquer du fromage avec sa propre bioénergie. 

La politique à la tribune
Il y a beaucoup de bonnes idées, mais les obstacles sont souvent élevés. Où est-ce que ça coince ? C’est la question que le podium composé de la conseillère nationale Barbara Schaffner, du conseiller aux États Othmar Reichmuth, de Stefan Schaffner (CEO IWK), de Michael Frank (directeur de VSE/OSTRAL) et de Zoe Stadler (Ostschweizer Fachhochschule) a tenté de résoudre. Beaucoup de choses peuvent être améliorées dans le cadre des révisions législatives à venir – nous espérons le meilleur !   

L’exposition sur table a été bien accueillie et a suscité beaucoup d’intérêt – c’est pourquoi nous remercions vivement les sponsors et les exposants.

Nous espérons donc vous revoir l’année prochaine. Passez bien l’hiver – POWERLOOP vous fournira l’électricité et la chaleur dont vous avez besoin. Une petite rétrospective vaut la peine – regardez la galerie de l’événement ci-dessous !

Vous y trouverez également les présentations des exposés passionnants :

Klaus Riva, bfe: 1_Präsentation Klaus Riva BFE 09112022 
Ronny Kaufmann, Swisspower: 2_20221024_Powerloop_Ronny
Carsten Eisenkrämer, Silent Power: 3_POWERLOOP-Forum_2022_Präsentation_Carsten_Eisenkraemer 
Martin Götschi, Käserei Götschi: 4_POWERLOOP-Forum_2022_Präsentation_Martin_Götschi 

Galerie de photos du forum POWERLOOP 2022

 

26. octobre 2022

Plus que 2 semaines avant le forum POWERLOOP 2022

powerloop forum apero

Le 9 novembre 2022 approche à grands pas, la commercialisation est en cours et les inscriptions affluent. Les préparatifs du forum POWERLOOP de cette année battent leur plein. Vous vous êtes déjà inscrit ? Si ce n’est pas le cas, vous pouvez le faire en cliquant sur ce lien.

Un programme passionnant avec des personnalités de haut niveau vous attend : Barbara Schaffner, conseillère nationale, Othmar Reichmuth, conseiller aux Etats, Michael Frank (AES/OSTRAL), Ronny Kaufmann (Swisspower), Klaus Riva (bfe), Zoe Stadler (OST), Carsten Eisenkrämer (Silent Power), Stefan Schaffner (IWK), Martin Götschi, maître fromager et économe en énergie, ainsi que notre président Daniel Dillier.

L’invitation officielle, y compris le programme et les sponsors :
Invitation POWERLOOP-Forum 9.11.2022

7. octobre 2022

Inscription au forum POWERLOOP 2022

Le forum POWERLOOP 2022 approche à grands pas ! Des thèmes urgents seront débattus, et le slogan n’aurait pas pu être mieux choisi, car la sécurité de l’approvisionnement suscite une inquiétude croissante. Sur le plan politique, d’importants jalons seront en outre posés dans le domaine de l’énergie, et la politique climatique est de nouveau à l’ordre du jour avec la révision de la loi sur le CO2 et l’initiative pour les glaciers. La bonne nouvelle est que nous pouvons contribuer sur tous ces points avec le CCF et le P2G!

Le forum POWERLOOP vous fournira un aperçu complet, avec des innovations passionnantes et des exemples pratiquesconcrets, et vous pourrez bien sûr nouer de nouvelles relations dans le secteur et avec les décideurs – lors du déjeuner ou de l’apéritif qui suivra.

Inscrivez-vous dès maintenant au forum POWERLOOP 2022, qui aura lieu
le mercredi 9 novembre 2022 à partir de 12h à l’Arène de l’environnement de Spreitenbach.

https://powerloop.ch/forum-2022/

Nous nous réjouissons d’ores et déjà de votre participation,
Daniel Dillier, Président et Kurt Lanz, Directeur

25. septembre 2022

Politique climatique : la nouvelle loi sur le CO2 veut encourager les installations de biogaz

Le Conseil fédéral veut réduire de moitié les gaz à effet de serre d’ici 2030. Dans ce but, il a adopté le 16 septembre 2022 le message relatif à la révision de la loi sur le CO2 pour la période de 2025 à 2030. Le projet tient compte des préoccupations exprimées lors de la dernière révision et ne contient pas de nouvelles taxes ou de taxes plus élevées. Au lieu de cela, il mise sur un encouragement ciblé afin d’orienter les investissements vers des solutions respectueuses du climat. L’accent est mis sur les mesures qui permettent à la population de réduire les émissions de CO2. Parallèlement, le projet veut renforcer l’approvisionnement énergétique suisse et réduire la dépendance de la Suisse au pétrole et au gaz naturel.

Des moyens supplémentaires pour le remplacement des chauffages

Grâce au projet, la Confédération pourra investir au total environ 4,1 milliards de francs dans la protection du climat entre 2025 et 2030. Une grande partie de ces investissements, à savoir environ 2,8 milliards de francs, est disponible pour des mesures de protection du climat dans le domaine du bâtiment. De plus, l’extension des réseaux de chauffage à distance sera soutenue financièrement. Comme par le passé, les moyens sont alloués au Programme Bâtiments, au Fonds de technologie et à la promotion de la géothermie. Désormais, les installations de biogaz et les communes pourront également être soutenues dans leur planification énergétique. Cela représente également une opportunité pour POWERLOOP, car la combinaison d’installations de biogaz et d’installations de couplage chaleur-force (CCF) est tout à fait idéale. Le fonds de technologie doit continuer à aider les entreprises suisses innovantes à obtenir des fonds de tiers par le biais de cautionnements et doit désormais couvrir les risques liés à l’extension des réseaux de chauffage à distance.

Renforcer l’approvisionnement énergétique suisse

Parallèlement, le projet doit renforcer l’approvisionnement énergétique de la Suisse. Il veut faire en sorte que l’on consomme moins de pétrole et de gaz naturel. La dépendance de la Suisse vis-à-vis de l’étranger sera ainsi réduite dans ce domaine. Les installations de couplage chaleur-force (CCF) peuvent y contribuer.

Les secteurs du bâtiment et de la mobilité sont essentiels pour la protection du climat.

Dans le domaine des transports, les moteurs électriques ou à hydrogène sont encouragés. Il en va de même pour les installations pilotes de production de carburants synthétiques renouvelables pour l’aviation. Les importateurs d’essence et de diesel doivent continuer à compenser une partie des émissions de CO2 de ces carburants par des mesures climatiques, sachant qu’ils peuvent également compenser leurs émissions par des projets de protection du climat à l’étranger. A l’avenir, toutes les entreprises devraient en outre être exemptées de la taxe sur le CO2 si elles s’engagent en contrepartie à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Là aussi, le couplage chaleur-force (CCF) peut aider

30. août 2022

POWERLOOP, une lueur d’espoir dans la pénurie d’électricité

Le Schweiz am Sonntag a fait état de l’aide proposée par POWERLOOP dans la crise énergétique actuelle. Après des clarifications appropriées, POWERLOOP a proposé de fournir des capacités de production allant jusqu’à 150 mégawatts et de les équiper d’une quantité suffisante de ce que l’on appelle des réservoirs de GNL – c’est-à-dire de grands réservoirs de 17 tonnes remplis de gaz liquide. D’autres clarifications sont en cours et les obstacles restent élevés. Mais nous avons bon espoir de pouvoir contribuer à la recherche d’une solution – déjà pour cet hiver, mais aussi et surtout pour les hivers suivants. Et ce, bien entendu, dans le respect du climat !

Lire le reportage disponible publiquement de watson.ch : Crise de l’électricité : l’association énergétique peut fournir la moitié des réserves hivernales nécessaires (watson.ch)

25. août 2022

POWERLOOP promet 100 mégawatts en cas de pénurie d’électricité

energate-messenger.ch, le principal média spécialisé dans les évolutions actuelles du marché de l’énergie, publie un article sur POWERLOOP. Voici l’article de fond inchangé du 24.8.2022 :

Powerloop pourrait, selon ses propres indications, organiser 100 MW de puissance de réserve d’ici février 2023. L’association professionnelle mise pour cela sur des centrales de cogénération d’occasion et sur le gaz naturel liquéfié (GNL) – ceci pour le cas où, en plus de l’électricité, le gaz viendrait à manquer l’hiver prochain.
Comme l’explique le directeur de Powerloop, Kurt Lanz, à energate, la solution de l’association professionnelle se compose d’environ 50 centrales de cogénération (installations d’occasion et de location) d’une capacité moyenne d’environ deux MW. « Les installations peuvent être organisées immédiatement et mises en service d’ici février 2023 », précise Lanz. Selon lui, le combustible nécessaire au fonctionnement des installations pourrait en outre être organisé en quantité suffisante et stocké en Suisse.

Concrètement, Powerloop pourrait donc actuellement se procurer environ 90 conteneurs ISO pour le GNL. Ceux-ci seraient disponibles, auraient une capacité de 17 tonnes chacun et pourraient être transportés par des camions à caisses mobiles. Selon Powerloop, la réserve de 100 MW des centrales de cogénération en question nécessiterait environ 17 tonnes de GNL par heure. Les quelque 90 conteneurs ISO permettraient donc dans un premier temps d’exploiter la réserve à plein régime pendant environ 90 heures.

Contrairement à Powerloop, le gouvernement fédéral ne souhaite pas prendre des dispositions pour l’hiver prochain avec des centrales de cogénération et du GNL, mais avec une réserve de centrales électriques fonctionnant au gaz et au pétrole. Selon Lanz, la solution de Powerloop est nettement plus respectueuse du climat que celle de la Confédération. « Si une solution basée sur le gaz plutôt que sur le pétrole est mise en place, les émissions de CO2 sont réduites d’environ 25 pour cent. Le fait que le rendement électrique des installations de cogénération soit en outre nettement plus élevé permet d’économiser 25 pour cent supplémentaires », explique Lanz. Powerloop fait également valoir que les installations en conteneurs assurent également une certaine protection ou redondance en cas de panne des grandes installations prévues. Mais l’argument principal est la disponibilité. « Nous pouvons livrer et c’est ce qui est décisif en ce moment », explique Lanz à energate.

Selon Lanz, une large coalition d’industriels, de fournisseurs d’énergie et de logisticiens se trouve derrière la solution présentée par Powerloop. Selon le directeur de Powerloop, les centrales de cogénération proposées n’ont jusqu’à présent pas été prises en compte par le gouvernement fédéral dans ses réflexions. Mais la proposition de l’association professionnelle est actuellement examinée par les autorités. L’association professionnelle est confiante, car la disponibilité et la livraison de la solution sont des arguments convaincants, selon Lanz.
Lanz demande maintenant à la Confédération d’agir rapidement. « Les composants nécessaires sont maintenant disponibles, mais il faudrait les réserver rapidement avant que quelqu’un d’autre ne les réclame », explique le directeur de Powerloop à energate. Lanz attire à ce propos l’attention sur le fait que l’évaluation des sites et l’établissement détaillé de devis par site sont également coûteux. A propos de coûts : selon les premières estimations de Powerloop, la solution de cogénération proposée, y compris le raccordement au GNL, coûterait un montant à trois chiffres en millions. /mg

L’article original est disponible sur www.energate-messenger.ch – sans problème, même « seulement » avec un abonnement gratuit équitable.

18. août 2022

Du lisier et du méthanol pour pallier le manque d’électricité

Hier, le Conseil fédéral a décidé de tirer sur tous les registres pour faire face à la menace de pénurie d’électricité. Dès l’hiver prochain, il veut mettre à disposition plusieurs centrales à gaz ou au fioul en cas d’urgence. L’objectif est de plus de 300 mégawatts, ce qui correspond à la puissance électrique que peuvent également fournir 30 nouvelles centrales de cogénération. Cela devrait au moins permettre de remplacer l’électricité perdue suite à l’arrêt de la centrale nucléaire de Mühleberg.

Même les groupes électrogènes de secours existants doivent être utilisés.

On ne sait pas encore quelles centrales de réserve le Conseil fédéral prévoit. Quoi qu’il en soit, celles-ci devraient être prêtes d’ici février ou mars 2023, car c’est à ce moment-là qu’il faut s’attendre le plus à des lacunes en raison des lacs d’accumulation vides. En cas d’urgence, il est même prévu d’utiliser des groupes électrogènes de secours d’entreprises pour assurer l’approvisionnement. La Confédération estime que le potentiel est d’environ 280 mégawatts. La capacité totale installée est toutefois nettement supérieure. Les calculs de POWERLOOP indiquent plus de 800 mégawatts, en tenant compte des hôpitaux, des centres de calcul et des entrepôts frigorifiques. L’armée pourrait à elle seule contribuer à hauteur de 100 mégawatts.

Il faut maintenant puiser dans chaque tas de fumier

La détresse est grande et le temps est compté. Mais ces deux éléments sont aussi le résultat d’une politique énergétique peu prévoyante et peu inspirée. La mise en œuvre du modèle POWERLOOP et l’exploitation systématique des sources nationales existantes permettraient de trouver une solution plus économique et surtout plus respectueuse du climat. Par exemple, les installations de biogaz agricole produisent déjà aujourd’hui environ 190 GWh d’électricité par an. Or, à peine cinq pour cent des engrais de ferme issus de l’élevage agricole sont valorisés sous forme d’énergie. Le potentiel utilisable de manière durable est bien plus élevé : selon le WSL, le rendement potentiel en biométhane de l’ensemble des engrais de ferme utilisables se chiffre à 4300 GWh par an. Ce chiffre ne comprend pas la production d’énergie supplémentaire possible à partir de la valorisation des sous-produits de la production végétale. Les potentiels du bois de forêt ou des boues d’épuration sont également loin d’être épuisés (voir illustration).

Le méthanol, une solution pour sortir de la crise

Jusqu’à présent, les possibilités offertes par le deuxième « jus » le plus vendu au monde, à savoir le méthanol, sont restées totalement ignorées. Celui-ci est parfaitement transportable et stockable. De plus, il est inoffensif et inodore. Comme le montre de manière impressionnante l’entreprise Silent Power de Cham, il permet également d’alimenter une centrale de cogénération (voir Econimo 5000 sur www.silent-power.com). Celles-ci ont une puissance d’environ cinq mégawatts et produisent de l’électricité et de la chaleur. Un générateur d’électricité pure est également en cours de développement et sera disponible sur le marché libre à partir d’octobre. Pourquoi le Conseil fédéral ne se contente-t-il pas d’acheter ici ?

15. juillet 2022

L’assemblée générale de POWERLOOP du 7 juillet 2022

C'était sympa! Merci à tous ceux qui ont participé!

Impressionen GV2022